Le Jésus que si peu connaissent

Vous êtes ici

Le Jésus que si peu connaissent

Al’approche de la commémoration de la mort et de la résurrection de Jésus, le chrétien devrait tout naturellement réfléchir à son Sauveur. Cette période de l’année est porteuse de joie, mais donne aussi à réfléchir.

Or, tout observateur comparant les croyances actuelles et le comportement du chrétien moyen à ceux de Jésus et de Ses disciples conclurait probablement qu’une bonne partie du prétendu christianisme a perdu le Nord.

Mahatma Gandhi résuma un jour en ces termes ce type d’incrédulité : « J’aime votre Christ ; je n’aime pas vos chrétiens. Vos chrétiens ressemblent si peu à votre Christ ! »

Convenons-en : Beaucoup de gens, de nos jours, ont une opinion négative du christianisme. Nous voyons des chrétiens qui sont des activistes politiques, ou insistent sur le politiquement correct. A l’heure ou certains déclarent que la Bible est littéralement la Parole de Dieu, tandis que d’autres semblent pratiquement ne plus rien croire en elle, ceux qui se réclament de Jésus-Christ font l’objet de regards de plus en plus scrutateurs. Et les résultats ne sont pas toujours flatteurs.

Ceux qui se réclament de Jésus-Christ font l’objet de regards de plus en plus scrutateurs. Et les résultats ne sont pas toujours flatteurs.

Ces dernières années, une succession de scandales impliquant le clergé a non seulement ébranlé un grand nombre de fidèles, mais elle a aussi poussé bien des gens, dans notre culture occidentale de plus en plus séculière, à considérer ces révélations pour des excuses à se détacher de la religion. L’adage « Ne faites pas comme moi, mais faites ce que je dis » résonne pour cette génération sceptique, et non de manière positive.

En réalité, les problèmes de relations publiques, dans le christianisme actuel, ne se limitent pas au ministère. La plupart de ceux qui se disent chrétiens ne semblent guère imiter l’exemple du Christ. Comment est-ce possible ?

Qui Jésus prétendit-Il être ?

En fait, qui était Jésus-Christ ?

La résurgence récente de l’ancienne hérésie du gnosticisme dans la culture populaire, les films et dans des ouvrages consacrés à des Évangiles Gnostiques, à des Écrits de Nag Hammadi, à un Da Vinci Code et à un prétendu Évangile de Judas, ne fait que brouiller encore davantage la question, pour un public qui, dans l’ensemble, n’y connaît rien à la Bible.

Incidemment, ces écrits n’offrent rien de nouveau. L’apôtre Jean eut aussi à lutter contre l’influence gnostique : « Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu » (1 Jean 4:2 1 Jean 4:2Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu;
Louis Segond×
).

Vers la fin du Ier siècle, l’apôtre Jean fut confronté à la croyance gnostique éthérée selon laquelle Jésus n’aurait pas eu un corps physique mais serait seulement apparu comme une illusion, n’ayant donc pas été né, ni vraiment crucifié et ressuscité. Le conseil de Jean, quand on a affaire au gnosticisme, et à l’hérésie en général, est de l’ignorer et de n’avoir aucun rapport avec ses partisans (2 Jean 7-10).

Par contre, le brouillard philosophique du gnosticisme n’est qu’une partie de notre problème pour ce qui est de comprendre Jésus-Christ et, par voie de conséquence, le christianisme.

Pour comprendre le christianisme, le vrai, nous devons commencer par comprendre son fondateur : Jésus-Christ. Pour bien des gens – y compris bon nombre de ceux qui se considèrent chrétiens – Jésus n’était qu’un homme généreux ou un rabbin juif hors pair. On en a également fait un révolutionnaire, un non conformiste, un corrupteur et un charlatan. Or, ce que Christ Lui-même déclara, et ce que prétendent Ses disciples, est clair et sans équivoques : Il était Emmanuel – Dieu avec nous (Matthieu 1:23 Matthieu 1:23Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.
Louis Segond×
), le Messie, le Christ, le Fils du Dieu Vivant (Matthieu 16:15-17 Matthieu 16:15-17 [15] Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis? [16] Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. [17] Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.
Louis Segond×
).

Jésus prouva la véracité de ce qu’Il disait en accomplissant plus de 130 prophéties messianiques de l’Ancien Testament, en guérissant les malades, en ressuscitant les morts et en pardonnant les péchés. Il ne chercha pas à Se faire passer pour un simple mentor ou tout bonnement pour un être bon. Il déclara ouvertement qu’Il était Dieu.

Ceux qui cherchèrent à Le faire mourir, et finirent par y parvenir, savaient très bien ce qu’Il disait : « Ce n’est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu » (Jean 10:33 Jean 10:33Les Juifs lui répondirent: Ce n’est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu.
Louis Segond×
).

Pour citer C.S. Lewis, « Ou bien cet homme était – et est – le Fils de Dieu, ou bien il s’agissait d’un inconscient, ou pire. Vous pouvez le faire taire comme on le fait pour un faible ; vous pouvez cracher sur Lui et Le tuer ; ou vous pouvez tomber à Ses pieds et L’appeler Seigneur et Dieu. Mais ne sortons pas de parole condescendante du genre “c’était un grand homme, un grand maître” ; Il ne nous en a pas laissé le loisir, et n’en avait pas l’intention » (Mere Christianity, 1980, p. 52).

Pour le non chrétien, cette déclaration mérite au moins de s’y attarder et d’en prouver la véracité. Si, par contre, vous vous réclamez du Christ en tant que l’un de Ses disciples, il importe que vous sachiez bien plus que Sa simple identité. Vous devez comprendre ce qu’Il a fait et ce qu’Il a ordonné à Ses disciples de faire.

Le pouvoir de l’exemple de Jésus

Existe-t-il une différence entre le Jésus décrit dans les pages de la Bible, le genre d’homme qu’Il était, ce qu’Il enseignait, et ce qu’Il faisait, et ceux qui, aux yeux du monde, passent pour des chrétiens ?

Beaucoup d’apologistes chrétiens vous diront que les fautes d’un chrétien tiennent de ce que ce dernier est « sauvé » mais pas encore parfait. On vous dira également que le problème, avec la plupart des chrétiens, tient à ce qu’ils « viennent tels qu’ils sont », et ne changent pas. Comme le disait Gandhi, il existe une différence entre Christ et les chrétiens, et cette différence est notoire.

Pendant la dernière Pâque qu’Il célébra avec Ses disciples, Jésus fit quelque chose de très significatif, nous laissant un exemple d’une profonde signification. Il S’agenouilla humblement devant Ses disciples, et leur lava les pieds (Jean 13:1-10 Jean 13:1-10 [1] Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux. [2] Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au coeur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de le livrer, [3] Jésus, qui savait que le Père avait remis toutes choses entre ses mains, qu’il était venu de Dieu, et qu’il s’en allait à Dieu, [4] se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit. [5] Ensuite il versa de l’eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. [6] Il vint donc à Simon Pierre; et Pierre lui dit: Toi, Seigneur, tu me laves les pieds! [7] Jésus lui répondit: Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. [8] Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n’auras point de part avec moi. [9] Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête. [10] Jésus lui dit: Celui qui est lavé n’a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous.
Louis Segond×
). Puis, introduisant le pain sans levain comme symbole de Son corps qui allait être terriblement meurtri, et le vin de la Pâque symbolisant Son sang devant être versé peu après (Matthieu 26:1-30 Matthieu 26:1-30 [1] Lorsque Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples: [2] Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l’homme sera livré pour être crucifié. [3] Alors les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple se réunirent dans la cour du souverain sacrificateur, appelé Caïphe; [4] et ils délibérèrent sur les moyens d’arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir. [5] Mais ils dirent: Que ce ne soit pas pendant la fête, afin qu’il n’y ait pas de tumulte parmi le peuple. [6] Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, [7] une femme s’approcha de lui, tenant un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de grand prix; et, pendant qu’il était à table, elle répandit le parfum sur sa tête. [8] Les disciples, voyant cela, s’indignèrent, et dirent: A quoi bon cette perte? [9] On aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres. [10] Jésus, s’en étant aperçu, leur dit: Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme? Elle a fait une bonne action à mon égard; [11] car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours. [12] En répandant ce parfum sur mon corps, elle l’a fait pour ma sépulture. [13] Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait. [14] Alors l’un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs, [15] et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d’argent. [16] Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus. [17] Le premier jour des pains sans levain, les disciples s’adressèrent à Jésus, pour lui dire: Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque? [18] Il répondit: Allez à la ville chez un tel, et vous lui direz: Le maître dit: Mon temps est proche; je ferai chez toi la Pâque avec mes disciples. [19] Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et ils préparèrent la Pâque. [20] Le soir étant venu, il se mit à table avec les douze. [21] Pendant qu’ils mangeaient, il dit: Je vous le dis en vérité, l’un de vous me livrera. [22] Ils furent profondément attristés, et chacun se mit à lui dire: Est-ce moi, Seigneur? [23] Il répondit: Celui qui a mis avec moi la main dans le plat, c’est celui qui me livrera. [24] Le Fils de l’homme s’en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est livré! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne fût pas né. [25] Judas, qui le livrait, prit la parole et dit: Est-ce moi, Rabbi? Jésus lui répondit: Tu l’as dit. [26] Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps. [27] Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; [28] car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. [29] Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. [30] Après voir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers.
Louis Segond×
), Jésus extirpa les disciples du conformisme de la société et de ses coutumes.

Peu avant, ces coutumes en avaient poussé un grand nombre à rejeter Ses enseignements, lorsqu’Il avait parlé du besoin, pour nous, de prendre les symboles de Son Corps et de Son sang en célébrant la Pâque (Jean 6:47-66 Jean 6:47-66 [47] En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. [48] Je suis le pain de vie. [49] Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. [50] C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. [51] Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. [52] Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment peut-il nous donner sa chair à manger? [53] Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. [54] Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. [55] Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. [56] Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. [57] Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. [58] C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. [59] Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm. [60] Plusieurs de ses disciples, après l’avoir entendu, dirent: Cette parole est dure; qui peut l’écouter? [61] Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit: Cela vous scandalise-t-il? [62] Et si vous voyez le Fils de l’homme monter où il était auparavant?… [63] C’est l’esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. [64] Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait. [65] Et il ajouta: C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père. [66] Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui.
Louis Segond×
). En somme, Ses disciples étaient sur le point d’être convertis. Ils apprenaient que les enseignements et les traditions humaines avec lesquels ils avaient grandi n’étaient pas valables et avaient besoin d’être remplacés par ce qu’Il leur montrait.

Bien des gens prétendent connaître Jésus- Christ comme Seigneur et Sauveur, mais dès l’instant que ce qu’Il révèle dans la Bible s’ingère dans leurs affaires et les oblige à effectuer des changements dans leur vie, cette dernière – en matière de religion – devient soigneusement compartimentée ; il ne s’agit plus de christianisme mais d’un passe-temps religieux.

Christ exige de Ses disciples une transformation totale de leur manière de penser et de leurs actions. Il est écrit : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12:2 Romains 12:2Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.
Louis Segond×
).

La métamorphose dont parle l’apôtre Paul est synonyme de changement. Mais si nous ne devons pas nous conformer à la société dans laquelle nous vivons ; si nous devons modifier notre mode de vie, quel modèle devons-nous suivre ?

Que faisait Jésus ?

Un slogan circule : « Que ferait Jésus ? » Or, se soucie-t-on de ce qu’Il ferait ? Ou avons-nous la réponse à cette question ? On ignore bien souvent ce qu’Il fit. On a bien entendu quelques histoires à Son sujet, mais on ne nous a guère parlé de l’exemple qu’Il nous a laissé pour que nous L’imitions.

Réfléchissez-y ! Si vous deviez vous joindre à un groupe ou à une organisation quelconque, ne chercheriez-vous pas d’abord à savoir ce que l’on attend de vous ? Les règles à respecter ? Pour le chrétien, dont l’objectif est d’être avec Christ dans le Royaume de Dieu, les règles sont simples et inchangées. Quand un jeune homme demanda au Maître ce qu’il devait faire de bon pour hériter la vie éternelle, notre Seigneur lui répondit : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19:17 Matthieu 19:17Il lui répondit: Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels? lui dit-il.
Louis Segond×
).

Jésus ajusta la mise au point et intensifia les exigences de la loi divine, demandant davantage de Ses disciples. Point question d’un christianisme de villégiature, à raison d’une heure de pratique par semaine, pour se donner bonne conscience. Jésus S’attend à ce que nous obéissions aux mêmes commandements que Lui.

L’apôtre Jean, qui était proche de Jésus, déclara : « Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jean 5:2-3 1 Jean 5:2-3 [2] Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. [3] Car l’amour de Dieu consiste a garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles,
Louis Segond×
).

Allons-nous L’imiter ?

Qu’il s’agisse de ne pas avoir d’autres dieux que Lui ; de ne pas adorer des idoles, de ne pas prendre Son nom en vain, d’observer Son sabbat (le samedi), ou d’observer les six autres Commandements, Christ met au défi ceux qui L’appellent « Seigneur » de L’imiter, d’obéir aux instructions divines selon la lettre comme selon l’esprit, de permettre à la loi divine d’être gravée dans leurs coeurs.

La plupart de ceux qui se disent chrétiens ne semblent guère imiter l’exemple du Christ. Comment est-ce possible ?

Christ nous appelle à ne plus nous conformer à cette société ni à ses valeurs. Il le fait tout comme Il lança à ceux de Sa génération le défi de faire la différence entre les commandements de Dieu et les traditions inventées par les autorités religieuses de la société juive de Son temps (Matthieu 15:1-9 Matthieu 15:1-9 [1] Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent: [2] Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas. [3] Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition? [4] Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. [5] Mais vous, vous dites: Celui qui dira à son père ou à sa mère: Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. [6] Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. [7] Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit: [8] Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi. [9] C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.
Louis Segond×
).

Christ a laissé à Ses disciples un exemple parfait sur la manière d’adorer Dieu convenablement. Cet exemple vous est-il familier ?

Jésus respectait le jour du sabbat, le samedi (Marc 1:21 Marc 1:21Ils se rendirent à Capernaüm. Et, le jour du sabbat, Jésus entra d’abord dans la synagogue, et il enseigna.
Louis Segond×
; Luc 4:16 Luc 4:16Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture,
Louis Segond×
) et précisa être le maître du sabbat, et non du dimanche (Marc 2:28 Marc 2:28de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat.
Louis Segond×
). Il observait les Jours Saints de la Bible (Luc 2:41-42 Luc 2:41-42 [41] Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. [42] Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête.
Louis Segond×
; Jean 7:1-39 Jean 7:1-39 [1] Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. [2] Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. [3] Et ses frères lui dirent: Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les oeuvres que tu fais. [4] Personne n’agit en secret, lorsqu’il désire paraître: si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. [5] Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. [6] Jésus leur dit: Mon temps n’est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. [7] Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses oeuvres sont mauvaises. [8] Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n’y monte point, parce que mon temps n’est pas encore accompli. [9] Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée. [10] Lorsque ses frères furent montés à la fête, il y monta aussi lui-même, non publiquement, mais comme en secret. [11] Les Juifs le cherchaient pendant la fête, et disaient: Où est-il? [12] Il y avait dans la foule grande rumeur à son sujet. Les uns disaient: C’est un homme de bien. D’autres disaient: Non, il égare la multitude. [13] Personne, toutefois, ne parlait librement de lui, par crainte des Juifs. [14] Vers le milieu de la fête, Jésus monta au temple. Et il enseignait. [15] Les Juifs s’étonnaient, disant: Comment connaît-il les Écritures, lui qui n’a point étudié? [16] Jésus leur répondit: Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. [17] Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. [18] Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui. [19] Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi? Et nul de vous n’observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir? [20] La foule répondit: Tu as un démon. Qui est-ce qui cherche à te faire mourir? [21] Jésus leur répondit: J’ai fait une oeuvre, et vous en êtes tous étonnés. [22] Moïse vous a donné la circoncision, -non qu’elle vienne de Moïse, car elle vient des patriarches, -et vous circoncisez un homme le jour du sabbat. [23] Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre moi de ce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat? [24] Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. [25] Quelques habitants de Jérusalem disaient: N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent à faire mourir? [26] Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien! Est-ce que vraiment les chefs auraient reconnu qu’il est le Christ? [27] Cependant celui-ci, nous savons d’où il est; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est. [28] Et Jésus, enseignant dans le temple, s’écria: Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis! Je ne suis pas venu de moi-même: mais celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas. [29] Moi, je le connais; car je viens de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. [30] Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue. [31] Plusieurs parmi la foule crurent en lui, et ils disaient: Le Christ, quand il viendra, fera-t-il plus de miracles que n’en a fait celui-ci? [32] Les pharisiens entendirent la foule murmurant de lui ces choses. Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens envoyèrent des huissiers pour le saisir. [33] Jésus dit: Je suis encore avec vous pour un peu de temps, puis je m’en vais vers celui qui m’a envoyé. [34] Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas, et vous ne pouvez venir où je serai. [35] Sur quoi les Juifs dirent entre eux: Où ira-t-il, que nous ne le trouvions pas? Ira-t-il parmi ceux qui sont dispersés chez les Grecs, et enseignera-t-il les Grecs? [36] Que signifie cette parole qu’il a dite: Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas, et vous ne pouvez venir où je serai? [37] Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria: Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. [38] Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. [39] Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.
Louis Segond×
). En fait, Il fonda même Son Église lors de l’une de ces fêtes – celle de la Pentecôte (Actes 2:1-4 Actes 2:1-4 [1] Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. [2] Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. [3] Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. [4] Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.
Louis Segond×
).

Après la dernière Pâque, la mort et la résurrection de Jésus, les apôtres continuèrent à observer le sabbat et les Jours Saints bibliques (Actes 17:2 Actes 17:2Paul y entra, selon sa coutume. Pendant trois sabbats, il discuta avec eux, d’après les Écritures,
Louis Segond×
; Actes 18:21 Actes 18:21Mais il n’y consentit point, et il prit congé d’eux, en disant: Il faut absolument que je célèbre la fête prochaine à Jérusalem. Je reviendrai vers vous, si Dieu le veut. Et il partit d’Éphèse.
Louis Segond×
; Actes 20:6 Actes 20:6Pour nous, après les jours des pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes, et, au bout de cinq jours, nous les rejoignîmes à Troas, où nous passâmes sept jours.
Louis Segond×
; 1 Corinthiens 5:6-8 1 Corinthiens 5:6-8 [6] C’est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte? [7] Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. [8] Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.
Louis Segond×
; 1 Corinthiens 16:8 1 Corinthiens 16:8Je resterai néanmoins à Éphèse jusqu’à la Pentecôte;
Louis Segond×
). Connaissez-vous bien le Jésus de la Bible ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, s’Il était parmi nous aujourd’hui, notre Seigneur ne reconnaîtrait probablement pas grand-chose dans les religions de ce monde, vu – entre autres – le jour de culte qu’elles observent toutes les semaines et les fêtes qu’elles célèbrent.

Ces fêtes religieuses traditionnelles dites « chrétiennes », Christ ne les célébra jamais. Pourquoi devriez-vous les observer ? Si vous dites : « Mon Église les célèbre ! », Jésus vous répondrait ce qui est écrit dans Marc 7:7 Marc 7:7C’est en vain qu’ils m’honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.
Louis Segond×
!

Voyez-vous, ce qui fait le plus défaut dans la vie de la plupart des chrétiens, c’est Jésus- Christ. Ils ignorent qui Il était, et ils ne pensent pas qu’étant Dieu, Il est Maître de leurs vies. Étant notre Seigneur et Maître, Il nous dit de nous extirper de cette société et de renoncer à ses coutumes si elles sont erronées – y compris certaines traditions religieuses auxquelles nous pouvons être très attachés. Il a dit : « Étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7:14 Matthieu 7:14Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.
Louis Segond×
).

La dimension majeure manquante

Que manque-t-il au christianisme que tant de gens méprisent ? Comme nous venons de le voir, la dimension manquante, c’est l’exemple de Christ Lui-même.

Les chrétiens devraient avoir Christ en eux (Galates 2:20 Galates 2:20J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.
Louis Segond×
; Hébreux 8:10-11 Hébreux 8:10-11 [10] Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur coeur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. [11] Aucun n’enseignera plus son concitoyen, Ni aucun son frère, en disant: Connais le Seigneur! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux;
Louis Segond×
). Nous avons besoin de Ses pensées si nous voulons agir comme de vrais chrétiens et imiter l’exemple qu’Il nous a laissé (Philippiens 2:5 Philippiens 2:5Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ,
Louis Segond×
; 1 Jean 2:6 1 Jean 2:6Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même.
Louis Segond×
). Son exemple nous montre bien que si nous pensons être chrétiens mais n’obéissons pas aux commandements de Dieu et ne suivons pas la même voie que celle du Jésus de la Bible, nous nous faisons des illusions.

Dans une réprimande virulente contre ceux qui ne respectent pas la loi divine, Jésus déclara dans Son « Sermon sur la montagne » bien connu : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7:21-23 Matthieu 7:21-23 [21] Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. [22] Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? [23] Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.
Louis Segond×
).

À cette époque de l’année où ceux qui se disent chrétiens réfléchissent sur la mort et la résurrection de notre Sauveur, n’oublions pas qui était Jésus, et l’exemple qu’Il nous a laissé. Sa vie et Ses enseignements révèlent ce qu’Il attend de ceux se faisant appeler par Son nom.

« Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

« Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » (Matthieu 5:18-20 Matthieu 5:18-20 [18] Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. [19] Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. [20] Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.
Louis Segond×
).

Si nous imitons réellement l’exemple laissé par Jésus-Christ ; si, nous aussi, nous obéissons de tout coeur à l’intention spirituelle des lois divines, peut-être que certains, en nous regardant, remarqueront la différence. Peutêtre qu’un jour, à une autre époque et à en endroit différent, Mahatma Gandhi lui-même dira : « J’aime votre Christ, et vos chrétiens. Vos chrétiens ressemblent tellement à votre Christ ! »