On croyait au ciel bien avant le christianisme

Vous êtes ici

On croyait au ciel bien avant le christianisme

L’idée que les âmes vont au ciel après la mort date de bien avant le christianisme. L’histoire ancienne révèle que les habitants de Babylone et de l’Égypte, et les sujets de bien d’autres royaumes, avaient des croyances similaires. D’après This Believing World , par Lewis Brown, le dieu égyptien Osiris aurait été tué et envoyé au ciel : « Osiris reprit vie, il fut miraculeusement ressuscité des morts et élevé au ciel ; Et là, selon le mythe, il vit éternellement » (1946, p 83).

Brown explique : « Les Égyptiens se dirent que si le sort du dieu Osiris était d’être ressuscité après sa mort, il devait être possible de faire en sorte que l’homme puisse avoir le même sort… La félicité de l’immortalité qui, au départ, n’était réservée qu’aux rois, fut alors promise à tous… L’existence céleste des morts fut transposée dans le règne d’Osiris, et fut décrite dans le moindre détail par les théologiens égyptiens. On croyait qu’à la mort, l’âme de l’homme se dirigeait aussitôt vers un lieu élevé de jugement… et se tenait devant le trône céleste d’Osiris, le Juge. Là, elle rendait compte à Osiris et à ses quarante deux dieux adjoints » (p 84).

Si elle parvenait à satisfaire les dieux, « l’âme était immédiatement recueillie dans le bercail d’Osiris. Dans le cas contraire, si elle ne faisait pas le poids dans les balances célestes, elle était précipitée dans un enfer pour y être taillée en pièces par la “Dévoreuse”. En effet, seules les âmes justes, non coupables, étaient censées mériter la vie éternelle » (p 86-87).

Et Brown de poursuivre : « L’humanité dans son ensemble, au Mexique et en Islande, à Zululand et en Chine, fait ni plus ni moins les mêmes suppositions dans sa tentative convulsive de résoudre l’énigme de l’existence. Et cela explique pourquoi l’on trouve cette idée complexe d’un dieu abattu et ressuscité dans de nombreuses régions du monde.

« Dans la plus haute antiquité, cette idée fleurit non seulement chez les Babyloniens et les Égyptiens, mais aussi parmi les tribus barbares de la Grèce et des environs… Ces mystères descendirent de Thrace ou traversèrent la mer depuis l’Égypte et l’Asie Mineure… Ils déclaraient que pour tout homme, aussi pauvre ou aussi vicieux qu’il fut, il y avait une place au ciel. La seule chose à faire était de ‹s’initier› aux secrets du culte…le salut lui était alors assuré et aucun excès de vice, aucune turpitude ne pouvait lui fermer au nez les portes du paradis. Il était sauvé une fois pour toutes » (p 96-99).

L’homme a toujours voulu vivre éternellement. Ce monde, et tout ce qu’il contient, n’a jamais pu satisfaire l’humanité. Cette dernière recherche la sécurité et le bonheur depuis des siècles, dans l’espoir de monter au ciel une fois morte. Hélas, elle a adopté des croyances qui ne peuvent être prouvées. Dieu seul peut élucider les mystères de la vie et de la mort, et Il le fait dans Sa Parole, la Bible. Et contrairement à ce qu’on croit généralement, Il ne promet pas le ciel à ceux qui sont sauvés, ayant prévu quelque chose de bien plus magistral pour eux — des postes de dirigeants dans le Royaume de Dieu devant être instauré ici-bas au retour du Christ (Apocalypse 5:10 Apocalypse 5:10tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre.
Louis Segond×
; Apocalypse 11:15 Apocalypse 11:15Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles.
Louis Segond×
).