Prêcher l'Evangile, Préparer un Peuple

Des défits insurmontables tourmentent le Moyen-Orient d’aujourd’hui

Vous êtes ici

Des défits insurmontables tourmentent le Moyen-Orient d’aujourd’hui

Alors que le conflit judéo-arabe reste la plus grande menace pour la paix au Moyen-Orient, d’autres graves conflits tourmentent la région et ont leurs origines dans l’histoire ancienne.

La division entre les branches sunnites et chiites de l’islam remonte peu après la mort du prophète Mahomet en 632 après J.-C. et met l’accent sur les personnes qui devaient être ses successeurs légitimes. Malgré des époques de paix, les siècles d’aversion et de méfiance entre ces deux factions ont conduit parfois à la violence, tel que le monde la connait ces dernières années en Irak.

Environ 85 pour cent des musulmans sont sunnites, mais certains pays du Moyen-Orient sont à majorité chiite, notamment en Iran, au Yémen, en Azerbaïdjan et au Bahreïn. L’Irak est aussi environ 60 pour cent chiite, mais il a été dirigé par un sunnite depuis des décennies — Ahmad Al-Bakri et Saddam Hussein. L’invasion américaine du pays a conduit les chiites à jouer un rôle plus important et pourrait se traduire par une relation plus étroite entre l’Irak et l’Iran à l’avenir.

L’Iran a été sous la domination des fondamentalistes islamiques depuis 1979 et cherche maintenant à acquérir des armes nucléaires, ce qui modifierait radicalement l’équilibre des pouvoirs dans la région. Non seulement Israël se sent menacé par cette évolution, mais également les pays qui adhèrent à l’islam sunnite, notamment l’Arabie saoudite, l’Egypte et la Turquie.

L’influence de l’Iran s’étend bien au-delà de ses frontières, en Irak et sur d’autres pays. Au Liban, la tristement célèbre organisation terroriste chiite Hezbollah est soutenue par l’Iran. Les Iraniens ont également soutenu le mouvement radical Hamas, ce qui exclut les Palestiniens de Gaza et donne également un soutien considérable parmi ceux de la Cisjordanie. De nombreux pays occidentaux, y compris les Etats-Unis, le Canada et l’Union européenne, ont déclaré Hamas comme une organisation terroriste.

L’islam radical a premièrement gagné l’attention du monde dans les temps modernes pendant la révolution iranienne de 1979 qui a renversé le schah pro-occidental de l’Iran. L’Iran est devenu une république théocratique sous la domination des ayatollahs et des chefs religieux. L’influence de l’Iran s’est répandue un peu partout, même dans l’islam sunnite.

Al-Qaïda, l’organisation terroriste responsable de l’attaque du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, est d’origine sunnite radicale. Elle fonctionne à l’est de l’Iran au Pakistan et en Afghanistan. Les anciens dirigeants de l’Afghanistan, les talibans, ont donné refuge à Al-Qaïda avant, pendant et après les attentats du 11 septembre, mais ont été battus lors de l’invasion du pays sous le commandement américain, plus tard la même année. Pourtant, les talibans continuent à se battre contre les forces de la coalition dans le pays.

Dans le même temps, il existe plusieurs autres conflits régionaux. Le Soudan égyptien, voisin du sud, souffre d’une guerre civile en cours pratiquement sans interruption depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1956. La Somalie a passé les deux dernières décennies avec un Etat ingouvernable. Le Yémen souffre d’un conflit entre tribus. Et les différentes factions du Liban peuvent aussi entrer en conflit.

En plus de ces conflits en cours qui pourraient exploser et devenir bien pire à tout moment, de nombreux pays islamiques de la région souffrent sous des dictatures cruelles et despotiques qui n’ont pas le soutien de leur propre peuple. Cela a permis à des musulmans radicaux de gagner de l’influence parmi les gens ordinaires, car ils travaillent avec eux et pourvoient à leurs besoins puisque leurs gouvernements ne peuvent pas les satisfaire. Il y a donc un danger toujours présent que l’Islam radical se propage et accède au pouvoir dans les autres pays.

Il est difficile de trouver un pays stable dans cette région autre qu’Israël, qui est constamment menacé par les conflits externes. Israël est si petit qu’il se doit de gagner toutes les guerres ; il se bat, car s’il en perd une, il pourrait cesser d’exister !

Il faut aussi noter que la Turquie, le pays le plus lié à l’Ouest après Israël (autrefois ami de l’Etat juif), semble changer de cap et se détourner de l’Occident. Membre de l’OTAN depuis 1952, la Turquie recherche l’adhésion à l’Union européenne depuis plus de 20 ans. Sa proposition a été acceptée le 14 avril 1987. Bien qu’il y existe un appui considérable de certains pays européens en faveur de l’adhésion turque, il y a aussi beaucoup d’opposition, notamment de la part de l’Allemagne.

Au sommet de la division contre ce projet en Europe, la commission américaine des affaires étrangères de la Chambre des représentants a voté le 5 mars pour proclamer que l’oppression turque envers les Arméniens en 1915 était un acte de génocide, et non un acte de guerre, comme le prétendent les Turques. Cela aura sans aucun doute un effet négatif sur les relations américano-turques. La Turquie depuis quelques mois a eu des relations plus étroites avec d’autres nations islamiques au détriment des Etats- Unis, de l’Union européenne et d’Israël. Ceci est susceptible de continuer.

La propagation culturelle et religieuse de l’ensemble du Moyen-Orient s’étend en Afrique du Nord, en Asie du Sud et continue à être très volatile et ne donne aucun signe de ralentissement.

Alors que le « roi du Midi » prophétisé dans la Bible lors des temps de la fin pourrait provenir du tumulte dans cette région. Le conflit israélo-arabe est une question distincte. Il a causé un certain nombre de guerres depuis la naissance d’Israël en 1948 et reste le problème le plus dangereux non résolu dans la région la plus dangereuse du monde.