Mariage et famille : La valeur manquante

Vous êtes ici

Table des matières

« L’Éternel a été témoin entre toi et la femme de ta jeunesse, à laquelle tu es infidèle, bien qu’elle soit ta compagne et la femme de ton alliance. Nul n’a fait cela, avec un reste de bon sens. Un seul l’a fait, et pourquoi ? Parce qu’il cherchait la postérité que Dieu lui avait promise. » (Malachie 2:14-15)

« Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu... » (Jean 1:12).

« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Genèse 2:24)

« Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; c’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel. » (Proverbes 18:22)

La perspective divine en matière de sexualité est de toute beauté, et elle consiste à ne pas avoir de relations sexuelles avant le mariage et ensuite, les réserver uniquement à la personne avec laquelle nous nous sommes mariés (1 Corinthiens 6:18 ; Exode 20:14).

Pour vous aider à établir des normes divines, considérez les conseils suivants donnés par un groupe de jeunes chrétiens entre 20 et 30 ans. Certains sont mariés, d’autres ne le sont pas. Bien que les noms aient été changés pour préserver leur vie privée, les commentaires sont authentiques.

Compte tenu de la confusion qui existe aujourd’hui en matière de sexualité, il nous est important de comprendre certaines des idées les plus populaires, quoique erronées, sur ce sujet.

La Bible n’indique pas d’âge spécifique auquel il serait bon de se marier. Tout comme chacun mûrit à son propre rythme, le meilleur moment pour le mariage varie selon chaque individu.

L’acceptation de l’homosexualité comme un mode de vie tout à fait valable est en pleine expansion dans la culture occidentale. Pourtant, Dieu nous dit que la sexualité a été conçue pour une relation unique — celle du mariage et exclusivement entre un homme et une femme.

En matière de tentations sexuelles, les défis auxquels les hommes et les femmes doivent faire face sont généralement de nature différente.

Quand il s’agit de sexualité, les gens commettent des erreurs — avant ou pendant le mariage. La prescription biblique pour nettoyer sa conscience est de se repentir — ce qui signifie arrêter d’enfreindre la loi de Dieu.

Beaucoup de gens, aujourd’hui considèrent l’avortement comme étant le droit des femmes à contrôler leur corps et plus précisément leur droit reproductif. Que nous révèle la Bible ?

« Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari. » (Éphésiens 5:33)

La langue grecque dans laquelle le Nouveau Testament fut écrit utilise plusieurs mots traduits par « amour ».

Bien que les enfants soient le résultat naturel des rapports sexuels entre un mari et sa femme, et qu’ils sont appelés un « héritage du Seigneur » (Psaumes 127:3), la Bible n’interdit pas du tout de tels rapports dans le simple but de jouir de ce plaisir au sein du mariage. En effet, elle encourage de tels rapprochements.

« Voici, des fils sont un héritage de l’Éternel, le fruit des entrailles est une récompense. » (Psaume 127:3)

Lors d’un discours en 2002, le Dr Wade Horn, secrétaire adjoint au service des enfants et de la famille du ministère de la Santé et des Services sociaux des États-Unis, établit un lien entre l’absence du père dans la vie d’un enfant et le comportement criminel.

« Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes enfants... » (Deutéronome 6:6-7).

Bien que les parents soient les personnes qui peuvent influencer le plus la vie de leurs enfants, ce n’est pas toujours le cas.

L’un des passages bibliques que nous devrions prendre en compte dans l’éducation de nos enfants est Proverbes 22:6 : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. »

La discipline et l’encouragement peuvent sembler contradictoires. Comment la discipline peut-elle être encourageante ? N’est-elle pas toujours douloureuse et déprimante ? La réponse est négative. Il n’est pas nécessaire que la discipline soit toujours ainsi.

La rivalité entre les enfants a toujours existé depuis que Caïn a tué son frère Abel (voir Genèse 4).

À cause d’erreurs, et parfois sans qu’ils en soient responsables, de nombreux adultes doivent élever leurs enfants sans l’aide de leur conjoint. Ils sont des parents célibataires. Bien que ce ne soit pas ainsi que Dieu ait prévu les choses pour eux ou pour leurs enfants, des adultes responsables dans cette situation s’efforceront d’enseigner les mêmes principes divins qui sont applicables à tous.

Pour épargner à leurs enfants des frustrations et des déceptions, certains parents tentent toujours de les sauver de leurs mauvais choix et décisions. Même si de tels parents pensent faire preuve de gentillesse à l’égard de leurs enfants, en réalité, ils leur font plus de mal que de bien en agissant ainsi, car ils retardent leur maturité et leur compréhension du sens de la responsabilité.

Voici quelques suggestions qui vous aideront à améliorer le niveau de communication entre vous et votre enfant dans le but de pouvoir véritablement partager à cœur ouvert vos émotions et préoccupations, établissant ainsi entre vous une relation de confiance.

Se basant sur le livre de l’Ecclésiaste, chapitre 3, verset 1, qui affirme qu’ : « Il y a un temps pour tout », le psychologue John Rosemond émet une théorie : « Il y a trois périodes de temps dans l’éducation des enfants, avant d’atteindre la toute dernière, qui est notre objectif ultime. Chaque période est une phase dans laquelle un enfant a besoin d’un type spécifique de parentalité.

Parce que chaque enfant est un être humain unique en matière de façon de penser et d’agir, les parents se demandent souvent si ces différences doivent affecter leur rôle parental.

« Les noces de l’Agneau sont venues, son épouse s’est préparée, ... » (Apocalypse 19:7).