Paul enseigne-t-il que tous les jours consacrés sont semblables ?

Vous êtes ici

Paul enseigne-t-il que tous les jours consacrés sont semblables ?

Dans Romanos 14:5-6 Romanos 14:5-6 [5] Um faz diferença entre dia e dia, mas outro julga iguais todos os dias. Cada um esteja inteiramente convicto em sua própria mente. [6] Aquele que faz caso do dia, para o Senhor o faz. E quem come, para o Senhor come, porque dá graças a Deus; e quem não come, para o Senhor não come, e dá graças a Deus.
Almeida Atualizada×
, Paul écrit : « Tel fait une distinction entre les jours ; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu ; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu. »

Beaucoup pensent que dans ce passage, Paul dit que le jour choisit pour se reposer et rendre un culte n’a pas d’importance tant que chacun a « en son esprit une pleine conviction » et « rend grâce à Dieu ».

Cela signifie-t-il que l’observance du quatrième commandement qui nous demande de se souvenir du sabbat du septième jour et de le garder saint, n’est plus nécessaire pour les chrétiens ? Paul enseigne-t-il que le sabbat n’est pas différent d’un autre jour, ou que nous sommes libres de choisir le jour que nous voulons observer ?

Pour arriver à cette conclusion, il faut vraiment faire de ce verset une interprétation éloignée de ce qui est écrit, car – notez-le bien – le sabbat n’y est mentionné nulle part.

En fait, le mot sabbat ou ce qui se réfère à l’observance du sabbat ne se trouve nulle part dans le livre de Romains. Il est simplement question ici de « jours » et non pas de sabbat ou de tout autres jours de repos et de culte commandés par Dieu.

Gardez à l’esprit que plus tôt dans cette même épître, Paul avait écrit, « La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon » (Romanos 7:12 Romanos 7:12De modo que a lei é santa, e o mandamento santo, justo e bom.
Almeida Atualizada×
), « Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, ceux qui la mettent en pratique » (Romanos 2:13 Romanos 2:13Pois não são justos diante de Deus os que só ouvem a lei; mas serão justificados os que praticam a lei
Almeida Atualizada×
) et « Car je prends plaisir à la loi de Dieu […] » (Romanos 7:22 Romanos 7:22Porque, segundo o homem interior, tenho prazer na lei de Deus;
Almeida Atualizada×
). S’il voulait dire qu’observer le sabbat de Dieu n’était plus nécessaire, il serait totalement incohérent par rapport à ses autres déclarations claires de cette même épître.

De plus, aucun auteur du Nouveau Testament ne se réfère au sabbat en utilisant une expression ambiguë telle que « les jours ».

Le contexte montre le sens du mot « jours »

Que sont alors les « jours » mentionnés par Paul dans ce passage ? Nous devons examiner le contexte pour le découvrir.

Notez avant tout que cette remarque porte sur le fait de ne pas discuter des opinions (Romanos 14:1 Romanos 14:1Ora, ao que é fraco na fé, acolhei-o, mas não para condenar-lhe os escrúpulos.
Almeida Atualizada×
). Il est donc question ici d’« opinions », ce qui nous démontre que Paul ne parle pas de sujets clairement énoncés dans les Écritures, tels qu’observer le sabbat ou non, ou bien quand l’observer.

Le passage qui traite « des jours » se trouve aux versets 5 et 6, et les références se rapportent immédiatement aux viandes, au végétarisme et au jeûne dans les versets 2, 3 et 6 (Romanos 14:2-3 Romanos 14:2-3 [2] Um crê que de tudo se pode comer, e outro, que é fraco, come só legumes. [3] Quem come não despreze a quem não come; e quem não come não julgue a quem come; pois Deus o acolheu.
Almeida Atualizada×
; Romanos 14:5-6 Romanos 14:5-6 [5] Um faz diferença entre dia e dia, mas outro julga iguais todos os dias. Cada um esteja inteiramente convicto em sua própria mente. [6] Aquele que faz caso do dia, para o Senhor o faz. E quem come, para o Senhor come, porque dá graças a Deus; e quem não come, para o Senhor não come, e dá graças a Deus.
Almeida Atualizada×
). Il n’y a pas de connexion biblique entre l’observance du sabbat et ces sujets, il faut donc sortir ces versets de leur contexte pour supposer que Paul fait allusion au sabbat. Le Expositor’s Bible Commentary explique que « l’association étroite des contextes faite avec la nourriture suggère que Paul avait à l’esprit un jour spécial mis à part pour festoyer ou bien pour jeûner. » (Everett Harrison, 1976, Vol. 10, p. 146)

Paul bien évidement ne parlait pas du jour du sabbat, mais plutôt d’autres jours pendant lesquels le jeûne ou l’abstention de certains aliments était pratiquée.

Paul écrivait à une église mixte constituée de croyants juifs et de croyants Gentils à Rome (Romanos 1:13 Romanos 1:13E não quero que ignoreis, irmãos, que muitas vezes propus visitar-vos (mas até agora tenho sido impedido), para conseguir algum fruto entre vós, como também entre os demais gentios.
Almeida Atualizada×
; Romanos 2:17 Romanos 2:17Mas se tu és chamado judeu, e repousas na lei, e te glorias em Deus;
Almeida Atualizada×
). Les pratiques personnelles relatives à la nourriture et au jeûne n’étaient pas clairement exposées dans les Écritures et devenaient un point de discorde pour certains.

Le Talmud rapporte que de nombreux Juifs de cette époque jeûnaient tous les lundis et jeudis. Ils avaient également d’autres jours de jeûne traditionnels (comparez Zacarias 7:3-5 Zacarias 7:3-5 [3] e para dizerem aos sacerdotes, que estavam na casa do Senhor dos exércitos, e aos profetas: Chorarei eu no quinto mês, com jejum, como o tenho feito por tantos anos? [4] Então a palavra do Senhor dos exércitos veio a mim, dizendo: [5] Fala a todo o povo desta terra, e aos sacerdotes, dizendo: Quando jejuastes, e pranteastes, no quinto e no sétimo mês, durante estes setenta anos, acaso foi mesmo para mim que jejuastes?
Almeida Atualizada×
). Puisque certains membres juifs de l’Église de Rome faisaient preuve de propre justice et d’un esprit critique (Romanos 2:17-24 Romanos 2:17-24 [17] Mas se tu és chamado judeu, e repousas na lei, e te glorias em Deus; [18] e conheces a sua vontade e aprovas as coisas excelentes, sendo instruído na lei; [19] e confias que és guia dos cegos, luz dos que estão em trevas, [20] instruidor dos néscios, mestre de crianças, que tens na lei a forma da ciência e da verdade; [21] tu, pois, que ensinas a outrem, não te ensinas a ti mesmo? Tu, que pregas que não se deve furtar, furtas? [22] Tu, que dizes que não se deve cometer adultério, adultéras? Tu, que abominas os ídolos, roubas os templos? [23] Tu, que te glorias na lei, desonras a Deus pela transgressão da lei? [24] Assim pois, por vossa causa, o nome de Deus é blasfemado entre os gentios, como está escrito.
Almeida Atualizada×
), ils étaient en quelque sorte devenus comme le pharisien qui se vantait en disant : « Je jeûne deux fois par semaine » (Lucas 18:12 Lucas 18:12Jejuo duas vezes na semana, e dou o dízimo de tudo quanto ganho.
Almeida Atualizada×
). Ils se sentaient plus justes que ceux qui ne jeûnaient pas ces jours-là.

Il est fort possible que des membres de l’église de Rome aient voulu forcer les autres chrétiens à jeûner lors de ces jours particuliers, ce qui incita Paul à traiter la question : « Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui ? » (Romanos 14:4 Romanos 14:4Quem és tu, que julgas o servo alheio? Para seu próprio senhor ele está em pé ou cai; mas estará firme, porque poderoso é o Senhor para o firmar.
Almeida Atualizada×
) Paul semble faire une mise au point en soulignant que le jeûne est un acte volontaire d’adoration qui ne se limite pas à un jour particulier.

Par conséquent, le fait qu’une personne jeûne lors d’un jour particulier, ne la rend pas plus juste qu’une personne qui mangerait des aliments ce jour-là.

Pourquoi certains évitaient la viande ?

Dans les versets 2 et 3 Paul parle du végétarisme (« tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes ») et ce thème se poursuit au verset 6 (« celui qui mange […] celui qui ne mange pas »).

Le contexte nous montre que certains membres de la congrégation mangeaient de la viande, alors que d’autres s’abstenaient. Les végétariens étaient des membres qui « craignant de manger (sans le savoir) des viandes qui avaient été sacrifiées aux idoles, donc impures (ce qui pouvait facilement se produire dans une ville telle que Rome), s’en abstenaient complètement. » (W.J. Conybeare et J.S. Howson, The Life and Epistles of St. Paul, 1974, p. 530).

Dans 1 Corinthiens 8 et 10, Paul examine la question afin de savoir s’il faut manger la viande qui a été sacrifiée aux idoles et qui pourrait être considérée par certains membres comme étant impropre à la consommation. Le point important de Paul, dans ce chapitre, est le suivant : ce n’est pas parce que la viande était utilisée pour les offrandes destinées aux idoles qu’elle devenait un aliment impropre à la consommation.

Paul parla de ce sujet aux Romains et aux Corinthiens, afin de déterminer si les membres devaient éviter les viandes susceptibles d’avoir été associées à un culte idolâtre.

Ceci est indiqué lorsque Paul fait référence à la viande « impure » dans Romanos 14:14 Romanos 14:14Eu sei, e estou certo no Senhor Jesus, que nada é de si mesmo imundo a não ser para aquele que assim o considera; para esse é imundo.
Almeida Atualizada×
. Au lieu d’utiliser le mot grec pour décrire les viandes impures énumérées dans l’Ancien Testament, il a recours à un mot signifiant « commune » ou « souillée », tout à fait approprié pour définir une viande sacrifiée aux idoles. (Pour plus de détails, consultez l'article « Romains 14 abolit-il les lois sur les viandes impures ? »)

Le conseil de Paul dans 1 Corinthiens 8 était le même que celui dans Romanos 14:15 Romanos 14:15Pois, se pela tua comida se entristece teu irmão, já não andas segundo o amor. Não faças perecer por causa da tua comida aquele por quem Cristo morreu.
Almeida Atualizada×
: Au sujet des viandes, il fallait faire particulièrement attention à ne pas offenser un autre membre en étant une pierre d’achoppement pour lui, ce qui pourrait lui faire perdre la foi.

Il n’y a aucun lien avec l’observance du Sabbat parce le sabbat de Dieu est un jour de « fête » (Levítico 23:1-3 Levítico 23:1-3 [1] Depois disse o Senhor a Moisés: [2] Fala aos filhos de Israel, e dize-lhes: As festas fixas do Senhor, que proclamareis como santas convocações, são estas: [3] Seis dias se fará trabalho, mas o sétimo dia é o sábado do descanso solene, uma santa convocação; nenhum trabalho fareis; é sábado do Senhor em todas as vossas habitações.
Almeida Atualizada×
), et non pas un jour où l’on doit s’abstenir de manger de la viande. Le sabbat n’est mentionné nulle part dans la lettre de Paul aux Romains ; ce n’était tout simplement pas la question. (Pour en savoir plus, demandez notre brochure gratuite « Le repos du sabbat de Dieu ».)

Ceux qui utilisent l’épître aux Romains pour justifier la théorie selon laquelle Paul aurait abrogé les lois de l’Ancien Testament sont confrontées à une contradiction supplémentaire : si le but de Paul est de démontrer que ces lois sont abolies, il faut expliquer pourquoi il cite l’Ancien Testament plus de 80 fois dans cette même épître comme étant l’autorité sur laquelle il base son enseignement ? Ce simple fait confirme l’opinion de Paul « la loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon ».