Dieu peut-Il me pardonner si je mets fin à mes jours ?

Vous êtes ici

Dieu peut-Il me pardonner si je mets fin à mes jours ?

Si vous lisez ce qui suit et envisagez de mettre fin à votre propre vie, veuillez prendre contact avec les organismes d’écoute téléphonique 24h/24h comme Suicide Écoute 01.45.39.40.00 ou bien appeler le 15 ou le 112 (numéro européen). Vous n’êtes pas seul. Il existe des gens qui vous aiment et vous valez la peine que l’on passe du temps et des efforts – demandez de l’aide.

Après avoir demandé de l’aide, lisez ce qui suit.

La réponse courte à cette question est affirmative, mais pour être plus complète, cette réponse beaucoup plus complexe mérite d’être explorée.

Dieu a un objectif pour vous, et Son souhait est que vous puissiez comprendre la part qu’Il vous réserve dans Son plan. Il désire que vous choisissiez la vie et que vous teniez bon jusqu’à la fin.

Dieu comprend nos limites puisque Son Fils Jésus a vécu en tant qu’être humain et se trouve maintenant à la droite du Père, intercédant en notre faveur en tant que médiateur (Romains 8:34 Romains 8:34Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!
Louis Segond×
; 1 Timothée 2:5 1 Timothée 2:5Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,
Louis Segond×
). Jésus comprend les sentiments de dépression et d’épreuves, le défi que représente le fait d’être joyeux et heureux dans la vie. Il fut tenté en toutes choses, mais Il ne pécha pas (Hébreux 4:15 Hébreux 4:15Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.
Louis Segond×
).

Dieu est aimant et miséricordieux, et Il ne condamne pas une personne à la mort éternelle parce qu’elle s’est suicidée par désespoir ou suite à une dépression. Cependant, le fait de mettre fin à ses jours constitue un péché. Nous ne pouvons pas utiliser Son amour, Sa miséricorde et Sa grâce pour justifier nos actions (Romains 6:1-2 Romains 6:1-2 [1] Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? [2] Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?
Louis Segond×
).

La vie est incroyablement difficile.

Les gens sont aux prises avec des épreuves incroyables ; ils se battent contre la dépression et d’autres graves problèmes. Parfois, il est impossible de voir la lumière au bout du tunnel – les gens en arrivent à un point où ils sont certains que la mort est la seule issue aux problèmes et aux épreuves auxquels ils sont confrontés. Pour eux, elle représente une certaine paix et la fin de toutes ces difficultés.

Si vous vous trouvez dans cette description, en train de lutter pour voir la lumière au bout du tunnel, ayant du mal à trouver la joie et le bonheur et souhaitant la mort, vous êtes en bonne compagnie.

Le peuple de Dieu fit face à ce genre de problèmes depuis le tout début. Beaucoup de géants bibliques, d’hommes d’une foi incroyable, atteignirent un point où ils ont souhaité mourir, pensant être incapables de faire un pas de plus. Ils supplièrent Dieu de leur ôter la vie.

Lorsqu’il dû diriger le peuple de Dieu à travers le désert, tandis que les Israélites se plaignaient continuellement, et que la pression et le stress montaient en crescendo, Moïse demanda au Seigneur de lui ôter la vie (Nombres 11:11-15 Nombres 11:11-15 [11] Moïse fut attristé, et il dit à l'Éternel: Pourquoi affliges-tu ton serviteur, et pourquoi n'ai-je pas trouvé grâce à tes yeux, que tu aies mis sur moi la charge de tout ce peuple? [12] Est-ce moi qui ai conçu ce peuple? est-ce moi qui l'ai enfanté, pour que tu me dises: Porte-le sur ton sein, comme le nourricier porte un enfant, jusqu'au pays que tu as juré à ses pères de lui donner? [13] Où prendrai-je de la viande pour donner à tout ce peuple? Car ils pleurent auprès de moi, en disant: Donne-nous de la viande à manger! [14] Je ne puis pas, à moi seul, porter tout ce peuple, car il est trop pesant pour moi. [15] Plutôt que de me traiter ainsi, tue-moi, je te prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, et que je ne voie pas mon malheur.
Louis Segond×
). Le prophète Élie, confronté au stress continuel et aux menaces de mort de la part de Jézabel, pensait qu’il était le seul survivant des prophètes de Dieu. Il supplia Dieu de lui ôter la vie (1 Rois 19:1-8 1 Rois 19:1-8 [1] Achab rapporta à Jézabel tout ce qu'avait fait Élie, et comment il avait tué par l'épée tous les prophètes. [2] Jézabel envoya un messager à Élie, pour lui dire: Que les dieux me traitent dans toute leur rigueur, si demain, à cette heure, je ne fais de ta vie ce que tu as fait de la vie de chacun d'eux! [3] Élie, voyant cela, se leva et s'en alla, pour sauver sa vie. Il arriva à Beer Schéba, qui appartient à Juda, et il y laissa son serviteur. [4] Pour lui, il alla dans le désert où, après une journée de marche, il s'assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant: C'est assez! Maintenant, Éternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères. [5] Il se coucha et s'endormit sous un genêt. Et voici, un ange le toucha, et lui dit: Lève-toi, mange. [6] Il regarda, et il y avait à son chevet un gâteau cuit sur des pierres chauffées et une cruche d'eau. Il mangea et but, puis se recoucha. [7] L'ange de l'Éternel vint une seconde fois, le toucha, et dit: Lève-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi. [8] Il se leva, mangea et but; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu'à la montagne de Dieu, à Horeb.
Louis Segond×
). Jonas aurait préféré mourir plutôt que de voir les méchants de Ninive se repentir et recevoir la miséricorde de Dieu (Jonas 4:3 Jonas 4:3Maintenant, Éternel, prends-moi donc la vie, car la mort m'est préférable à la vie.
Louis Segond×
). Job et Jérémie maudirent tous les deux le jour de leur naissance, désirant de ne jamais être nés à cause des difficultés et des souffrances qu’ils devaient endurer (Job 3:1-16 Job 3:1-16 [1] Après cela, Job ouvrit la bouche et maudit le jour de sa naissance. [2] Il prit la parole et dit: [3] Périsse le jour où je suis né, Et la nuit qui dit: Un enfant mâle est conçu! [4] Ce jour! qu'il se change en ténèbres, Que Dieu n'en ait point souci dans le ciel, Et que la lumière ne rayonne plus sur lui! [5] Que l'obscurité et l'ombre de la mort s'en emparent, Que des nuées établissent leur demeure au-dessus de lui, Et que de noirs phénomènes l'épouvantent! [6] Cette nuit! que les ténèbres en fassent leur proie, Qu'elle disparaisse de l'année, Qu'elle ne soit plus comptée parmi les mois! [7] Que cette nuit devienne stérile, Que l'allégresse en soit bannie! [8] Qu'elle soit maudite par ceux qui maudissent les jours, Par ceux qui savent exciter le léviathan! [9] Que les étoiles de son crépuscule s'obscurcissent, Qu'elle attende en vain la lumière, Et qu'elle ne voie point les paupières de l'aurore! [10] Car elle n'a pas fermé le sein qui me conçut, Ni dérobé la souffrance à mes regards. [11] Pourquoi ne suis-je pas mort dans le ventre de ma mère? Pourquoi n'ai-je pas expiré au sortir de ses entrailles? [12] Pourquoi ai-je trouvé des genoux pour me recevoir, Et des mamelles pour m'allaiter? [13] Je serais couché maintenant, je serais tranquille, Je dormirais, je reposerais, [14] Avec les rois et les grands de la terre, Qui se bâtirent des mausolées, [15] Avec les princes qui avaient de l'or, Et qui remplirent d'argent leurs demeures. [16] Ou je n'existerais pas, je serais comme un avorton caché, Comme des enfants qui n'ont pas vu la lumière.
Louis Segond×
; Jérémie 20:14-18 Jérémie 20:14-18 [14] Maudit sois le jour où je suis né! Que le jour où ma mère m'a enfanté Ne soit pas béni! [15] Maudit soit l'homme qui porta cette nouvelle à mon père: Il t'est né un enfant mâle, Et qui le combla de joie! [16] Que cet homme soit comme les villes Que l'Éternel a détruites sans miséricorde! Qu'il entende des gémissements le matin, Et des cris de guerre à midi! [17] Que ne m'a-t-on fait mourir dans le sein de ma mère! Que ne m'a-t-elle servi de tombeau! Que n'est-elle restée éternellement enceinte! [18] Pourquoi suis-je sorti du sein maternel Pour voir la souffrance et la douleur, Et pour consumer mes jours dans la honte?
Louis Segond×
).

Vous n’êtes pas seul(e) à avoir l’impression que les choses sont sans espoir. Ces hommes, aux heures les plus difficiles et les plus sombres, supplièrent Dieu de mettre fin à leur vie, mais Sa réponse fut négative. Ils devinrent des exemples incroyables de foi.

Parce que Dieu leur dit non, ils furent capables de tenir jusqu’à la fin malgré leurs difficultés.

L’apôtre Paul envoya un message cohérent dans ses lettres à son jeune protégé Timothée, ainsi qu’aux Églises de Corinthe. L’auteur de l’épître aux Hébreux parla aussi du même sujet. Ils comparèrent notre voyage spirituel à une course. Ils encouragèrent les lecteurs de leurs épîtres à toujours mettre un pied devant l’autre pour finir la course, pour mener à bien le bon combat (2 Timothée 4:6-8 2 Timothée 4:6-8 [6] Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. [7] J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. [8] Désormais la couronne de justice m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.
Louis Segond×
). Surtout quand tout devient difficile. Ils les encouragèrent à mener la course de façon telle qu’ils puissent être jugés dignes d’obtenir le prix (1 Corinthiens 9:24-27 1 Corinthiens 9:24-27 [24] Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix? Courez de manière à le remporter. [25] Tous ceux qui combattent s'imposent toute espèce d'abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. [26] Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure; je frappe, non pas comme battant l'air. [27] Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres.
Louis Segond×
) et à se débarrasser de tout poids qui pouvaient les gêner. Ils furent exhortés à mener la course avec endurance afin de ne pas se lasser et de ne pas perdre courage (Hébreux 12:1-3 Hébreux 12:1-3 [1] Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, [2] ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. [3] Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l'âme découragée.
Louis Segond×
).

Jacques écrit : « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment. » (Jacques 1:12 Jacques 1:12Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment.
Louis Segond×
)

La vie peut parfois sembler impossible. Des épreuves surviennent, la dépression et d’autres problèmes qui peuvent nous donner l’impression que nous ne pouvons tout simplement pas continuer, ou que la vie ne vaut plus la peine d’être vécue. Dieu vous aime. Il peut vous pardonner. Dieu a un objectif pour vous, et Son souhait est que vous puissiez comprendre la part qu’Il vous réserve dans Son plan. Il désire que vous choisissiez la vie (Deutéronome 30:19 Deutéronome 30:19J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité,
Louis Segond×
)  et que vous teniez bon jusqu’à la fin (Matthieu 24:13 Matthieu 24:13Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.
Louis Segond×
).

Vous n’êtes pas seul.

Il y a des gens qui vous aiment.

Vous pouvez y arriver.