Qu’est-ce que la marque de la bête dont parle le livre de l’Apocalypse ?

Vous êtes ici

Qu’est-ce que la marque de la bête dont parle le livre de l’Apocalypse ?

Dans Apocalypse 13:17 Apocalypse 13:17et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.
Louis Segond×
, la marque de la bête et son nom sont associés au numéro 666.

Ce qui suit est un extrait de la brochure L’Apocalypse dévoilée : « La deuxième bête d’Apocalypse 13 fait en sorte que “tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom” (Apocalypse 13:16-17 Apocalypse 13:16-17 [16] Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, [17] et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.
Louis Segond×
).

« Que signifie cette étrange pratique ? En quoi affectera-t-elle les gens à mesure que la fin approche ?

« Il existe des preuves historiques selon lesquelles, dans la culture de l’ancienne Babylone, les esclaves “étaient identifiés… [par] une sorte de marque, tatouée ou imprimée sur le visage ou sur le dos de la main,» (HWH Saggs, The Greatness That Was Babylon, 1962, page 173). Il se peut qu’il y ait des parallèles entre cette pratique ancienne et ce qui, selon Dieu, aura lieu aux temps de la fin.

« Nombreux sont ceux qui ont spéculé sur la signification de cette prophétie étrange. Certains établissent le lien avec des ordinateurs, des numéros d’identité uniques et même des circuits intégrés miniatures implantés sous la peau…

Cependant, nous pourrions considérer que recevoir une marque sur la main ou sur le front pourrait se comprendre au sens figuré. Rappelez-vous d’Apocalypse 7:3 Apocalypse 7:3Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu.
Louis Segond×
où les serviteurs de Dieu seraient marqués d’un sceau sur leur front. Également dans Deutéronome 6, Moïse dit au peuple de Dieu d’observer « toutes Ses lois et tous Ses commandements », en précisant : « Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. » (Deutéronome 6:2 Deutéronome 6:2afin que tu craignes l’Éternel, ton Dieu, en observant, tous les jours de ta vie, toi, ton fils, et le fils de ton fils, toutes ses lois et tous ses commandements que je te prescris, et afin que tes jours soient prolongés.
Louis Segond×
; Deutéronome 6:8 Deutéronome 6:8Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux.
Louis Segond×
) La main et le front représentent ici les actions et les pensées qui, pour chacun, devraient être consacrées à obéir à Dieu. De même, la marque de la bête, quant à elle, représente clairement une marque de désobéissance à Dieu.

« Beaucoup d’étudiants de la Bible croient qu’il y a de fortes chances pour que l’observance forcée du dimanche – un jour consacré, à l’origine, à l’adoration du dieu soleil à la place du sabbat du 7e jour – devienne le signe d’identification de la bête. Ce point de vue est renforcé par le fait que d’autres prophéties – dans l’Apocalypse – décrivent un personnage et un grand système religieux de contrefaçon incitant les gens à se détacher du vrai Dieu et à se laisser égarer par Satan, au temps de la fin.

« La Bible ne précise pas clairement les méthodes que la bête emploiera pour identifier ceux qui seront libres de faire du commerce dans les derniers jours. Par contre, l’Apocalypse précise les parties du corps – main et tête – qui serviront à les identifier. Quelle que soit la manière dont cette prophétie s’accomplira, il est clair qu’elle impliquera le compromis et l’opposition aux commandements divins. Pour que l’on fasse un commerce quelconque, il faudra prouver que l’on est officiellement engagé avec la bête. » (L’Apocalypse dévoilée, p. 21)