Pouvons-nous croire la Bible ?

Pouvons-nous croire la Bible ?

Login or Create an Account

With a UCG.org account you will be able to save items to read and study later!

Sign In | Sign Up

×

La Bible fut écrite sur une période de plusieurs siècles par plusieurs dizaines d’auteurs vivant sur trois continents. Ses pages font le récit de milliers de détails sur des personnes, des lieux, des événements, des coutumes, des dates et des caractéristiques géographiques.

Bien que l’archéologie — l’étude des vestiges matériels des cultures et des peuples anciens — puisse révéler beaucoup de choses, elle a toutefois ses limites. Au sujet des territoires cités dans la Bible, par exemple, des milliers de sites antiques sont connus et n’ont jamais fait l’objet de fouilles archéologiques. Parmi ceux qui l’ont été, il est en général possible d’explorer seulement de 1 à 5% d’un site donné, même après des décennies d’études et de fouilles. Ainsi, beaucoup restent encore sous la terre, n’ayant pas encore été découvert.

De plus, comme l’on peut s’y attendre, de nombreuses ruines du monde antique n’ont tout simplement pas survécu. Toutes les matières susceptibles de se désintégrer se sont décomposées (avec de rares exceptions, comme certains vestiges trouvés dans des climats désertiques extrêmement secs). Pour cette raison, les artefacts de tissu, de bois, de cuir, d’os, de parchemin et de papyrus sont rares.

Généralement, tout ce qui pouvait être réutilisé l’a été. Les objets de valeur n’ont pas été abandonnés pour être enterrés sous des monceaux de poussière et de débris, mais ils étaient plutôt gardés en sécurité et passés aux autres générations. Les palais, les temples et les riches demeures, dans lesquels les articles les plus significatifs devaient se trouver, furent maintenus propres, laissant donc peu de choses à découvrir plus tard. Les nouveaux bâtiments, dans les villes antiques, furent souvent construits sur d’anciens bâtiments qui avaient été rasés, et quelquefois ces destructions éliminaient les vestiges des occupations antérieures.

Il est également connu que beaucoup, sinon la plupart des villes et des villages anciens du Moyen-Orient, furent détruits par le feu lors des tremblements de terre ou des guerres. Souvent, les envahisseurs pillaient ou détruisaient délibérément les objets pouvant avoir une importance pour les pays conquis.

En un mot, les vestiges datant des temps bibliques, ceux qui seraient susceptibles de témoigner de la véracité de la Bible, sont relativement rares. Seule une fraction d’un petit échantillon de vestiges antiques fut récupérée, et parmi eux, encore moins ont pu être étudiés et analysés.

Les critiques déforment les observations bibliques

Face à une telle pénurie, les critiques de la Bible profitent de l’absence de preuve pour soutenir que cette absence de preuve, démontre que la preuve n’existe pas — c’est-à-dire que puisque certaines parties de la Bible ne sont pas étayées par des preuves, les évènements qui y sont décrits ne se sont jamais produits.

Il est évident qu’un tel raisonnement est intrinsèquement erroné. Le fait que la preuve n’a pas été trouvée ne signifie pas que celle-ci n’existe pas ou n’a jamais existé. Mais cela n’empêche pas les critiques tels que Richard Dawkins, auteur qui « évangélise l’athéisme », de faire les commentaires suivants au sujet de la Bible, et dans ce cas précis, au sujet des Évangiles :

« Les évangiles ne sont pas des récits fiables de ce qui s’est passé dans l’histoire du monde réel. Tous furent écrits longtemps après la mort de Jésus … Personne ne sait qui étaient vraiment les quatre évangélistes, mais ils n’ont presque certainement jamais rencontré Jésus personnellement. Une grande partie de ce qu’ils ont écrit n’était aucunement une honnête tentative de faire œuvre d’histoire. » ( The God Delusion , 2006, p.96. Version française : « Il faut en finir avec Dieu » page 141).

De même, feu Christopher Hitchens, athée, écrivit au sujet des premiers livres de la Bible : «  Bien avant que la recherche moderne, la traduction et les fouilles consciencieuses aient concouru à nous éclairer, n’importe quelle personne un tant soit peu réfléchie pouvait se rendre compte que la «révélation» du mont Sinaï et le reste du Pentateuque étaient une fiction bancale, maladroitement bricolée bien après les non-évènements qu’elle ne parvient pas à décrire de façon convaincante ni même plausible. » ( God Is Not Great: How Religion Poisons Everything , 2007, p 104. Version française : « Dieu n’est pas grand : comment la religion empoisonne tout » 2007, p 104)].

Il est particulièrement intéressant qu’Hitchens déclare que « les fouilles » (se référant vraisemblablement aux fouilles archéologiques) ont « concouru à nous éclairer » — comme s’il croyait que les découvertes archéologiques soutenaient en fait son argument selon lequel la Bible serait un récit fictif de choses qui ne sont jamais arrivées. En réalité, rien ne pourrait être plus loin de la vérité !

Peu de gens savent que les écrits de l’historien juif Flavius ​​Josèphe, et ceux de plusieurs historiens romains et fonctionnaires du 1 er et du 2 ème siècle, parlent spécifiquement de Jésus-Christ, de Jean-Baptiste, du demi-frère de Jésus, des divers dirigeants juifs et romains et des croyances fondamentales de l’Église de Dieu primitive.

Cela est remarquable si, comme le propose Dawkins, « les évangiles ne sont pas des comptes rendus fiables de ce qui s’est passé… » et ne sont « … aucunement une honnête tentative… ». Dawkins suggère-t-il que ces premiers historiens dignes de foi auraient eux aussi inventé leurs récits ?

Que disent vraiment les preuves ?

Contrairement aux écrits soi-disant « saints » des autres religions, la Bible est ancrée dans l’Histoire . Elle fait mention de personnes réelles, de lieux et d’événements réels. Ses récits peuvent être vérifiés à travers l’archéologie et des documents historiques indépendants.

Des artefacts tels que des statues, des inscriptions, des sceaux, des pièces de monnaie et des tablettes d’argile provenant d’archives vérifient l’existence de douzaines d’individus mentionnés dans la Bible (voir notre article intitulé : « L’archéologie confirme-t-elle l’existence de personnages spécifiques mentionnées dans la Bible ? »).

Des anciens artefacts tels que des statues, des inscriptions, des sceaux, des pièces de monnaie et des tablettes d’argile provenant d’archives vérifient l’existence de douzaines d’individus mentionnés dans la Bible.

J’ai étudié l’archéologie pendant de nombreuses années (et participé à ma première fouille archéologique à l’âge de 13 ans), et je sais, par conséquent, ce que révèle l’archéologie de la Parole de Dieu. J’ai également passé plusieurs jours dans les musées abritant les meilleures collections d’artefacts bibliques du monde, voyagé à plusieurs reprises sur les territoires bibliques, visité les fouilles de la plupart des principaux sites mentionnés dans les Écritures, et rencontré un certain nombre d’archéologues contemporains les plus remarquables.

À maintes reprises, j’ai constaté l’existence de preuves qui confirment ce que l’auteur prolifique Erwin Lutzer affirme dans son ouvrage « Sept raisons pour lesquelles l’on peut faire confiance à la Bible » ( Seven Reasons Why You Can Trust the Bible ) : « Chaque mois, de nouvelles découvertes archéologiques sont faites … Notre compréhension de la vie et des temps bibliques augmente d’année en année. Notre confiance dans le fait que la Bible est un livre enraciné dans le sol de l’histoire du Moyen-Orient et ses récits sont des marques de crédibilité. La géographie de la Bible, sa chronologie et sa description de l’essor et de la chute des empires sont tous conformes aux données historiques séculières. » (1998, p.74)

Voyage révélateur en Grèce

Ce que j’ai eu le privilège de voir lors d’un récent voyage en Grèce illustre de façon typique les preuves dont je parle. Ce n’est pas tous les jours qu’il est possible d’être confronté à des preuves tangibles de l’authenticité d’individus et d’événements spécifiques mentionnés dans les pages de la Bible, mais c’est pourtant ce qui s’est passé de nombreuses fois lors de ce voyage.

On peut s’attendre à trouver des preuves de l’existence des figures marquantes de l’histoire du monde qui sont mentionnées dans la Bible, comme dans le cas de l’empereur romain, César Auguste (de 27 av. J.-C. à 14 apr. J.-C.), qui était empereur à l’époque de la naissance de Jésus-Christ (Luc 2:1-6 Luc 2:1-6 1 En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre. 2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. 3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville. 4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David, 5 afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. 6 Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva,
Louis Segond×
). Dans plusieurs musées, j’ai vu des représentations de son buste admirablement conservées, ce qui n’est pas une surprise puisque la Grèce, tout comme la Terre sainte, faisait partie de l’Empire romain sous son règne.

Alexandre le Grand est une autre figure majeure dont j’ai pu, à plusieurs reprises, admirer les représentations de son buste. Bien qu’il ne soit pas directement mentionné dans la Bible, il fut explicitement prédit dans la prophétie biblique.

Il est la « grande corne » et le « premier roi » de la vision dont il est question dans Daniel 8, le bouc symbolisant l’Empire gréco-macédonien qui, sous sa direction, vaincu l’Empire perse et régna sur la plupart du monde connu de son époque (Daniel 8:5-7 Daniel 8:5-7 5 Comme je regardais attentivement, voici, un bouc venait de l’occident, et parcourait toute la terre à sa surface, sans la toucher; ce bouc avait une grande corne entre les yeux. 6 Il arriva jusqu’au bélier qui avait des cornes, et que j’avais vu se tenant devant le fleuve, et il courut sur lui dans toute sa fureur. 7 Je le vis qui s’approchait du bélier et s’irritait contre lui; il frappa le bélier et lui brisa les deux cornes, sans que le bélier eût la force de lui résister; il le jeta par terre et le foula, et il n’y eut personne pour délivrer le bélier.
Louis Segond×
Daniel 8:21 Daniel 8:21Le bouc, c’est le roi de Javan, La grande corne entre ses yeux, c’est le premier roi.
Louis Segond×
). Alexandre fut l’un des nombreux personnages éminents dont la venue et le rôle historique furent annoncés à l’avance dans la Bible.

Alors que les critiques bibliques font remarquer qu’il est facile d’insérer de tels personnages dans un récit fabriqué, accusant ainsi les auteurs de la Bible de l’avoir fait, il est beaucoup plus difficile de convenir qu’un fonctionnaire gouvernemental relativement mineur, mentionné au passage dans la Bible, puisse faire partie d’une histoire fabriquée lorsqu’une inscription portant son nom se trouve exactement au bon endroit et au bon moment de l’Histoire ! 

Ce personnage, c’est « Éraste… le trésorier de la ville » de Corinthe, mentionné en passant dans Romains 16:23 Romains 16:23Gaïus, mon hôte et celui de toute l’Église, vous salue. Éraste, le trésorier de la ville, vous salue, ainsi que le frère Quartus.
Louis Segond×
, à qui l’apôtre Paul transmet les salutations de plusieurs membres de l’Église de Corinthe aux chrétiens de Rome. Dans la Bible anglaise, il est décrit comme étant « le directeur des services publiques de la ville ».

En 1929, des archéologues fouillant une zone pavée près du théâtre de Corinthe ont découvert une grande inscription qui se lit comme suit : « Éraste, en échange de son édilité, finança le pavage de la ville. » Un édile était responsable des bâtiments publics, des rues, des marchés et des activités. Il était « directeur des travaux publics », tout comme le décrit la référence biblique. (https://www.bible-service.net/extranet/current/pages/1128.html  — paragraphe 2.2)

L’inscription date du milieu du 1 er siècle après J.-C. — époque où Paul écrivit sa lettre aux Romains dans laquelle Éraste est mentionné (57-58 apr. J.-C.). Il semble que l’Éraste de l’inscription et celui de la lettre de Paul soit une seule et même personne — ce qui prouve que Paul parlait de personnes qui existaient vraiment dans des lieux bien réels, et à une époque réelle !

« Le siège du jugement » de Gallion

Mais ce n’est pas la seule preuve archéologique découverte à Corinthe qui étaye fortement l’authenticité des récits bibliques. Non loin des ruines antiques de la ville se trouvent les ruines d’un autre grand lieu de rassemblement public, une place ouverte devant une grande plate-forme en pierre surélevée. La plupart des archéologues identifient cette plate-forme comme étant un bêma , lieu où les représentants du gouvernement parlaient et où les magistrats locaux rendaient leurs décisions devant le public.

Voyons ce qui est arrivé à Paul quand il était à Corinthe, comme le nota Luc dans Actes 18:12-18 Actes 18:12-18 12 Du temps que Gallion était proconsul de l’Achaïe, les Juifs se soulevèrent unanimement contre Paul, et le menèrent devant le tribunal, 13 en disant: Cet homme excite les gens à servir Dieu d’une manière contraire à la loi. 14 Paul allait ouvrir la bouche, lorsque Gallion dit aux Juifs: S’il s’agissait de quelque injustice ou de quelque méchante action, je vous écouterais comme de raison, ô Juifs; 15 mais, s’il s’agit de discussions sur une parole, sur des noms, et sur votre loi, cela vous regarde: je ne veux pas être juge de ces choses. 16 Et il les renvoya du tribunal. 17 Alors tous, se saisissant de Sosthène, le chef de la synagogue, le battirent devant le tribunal, sans que Gallion s’en mît en peine. 18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s’embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas, après s’être fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un voeu.
Louis Segond×
: « Pendant que Gallion était proconsul de l’Achaïe, les Juifs se soulevèrent unanimement contre Paul, et le menèrent devant le tribunal , en disant : Cet homme excite les gens à servir Dieu d’une manière contraire à la loi. Paul allait ouvrir la bouche, lorsque Gallion dit aux Juifs : S’il s’agissait de quelque injustice ou de quelque méchante action, je vous écouterais comme de raison, ô Juifs ; mais, s’il s’agit de discussions sur une parole, sur des noms, et sur votre loi, cela vous regarde: je ne veux pas être juge de ces choses. Et il les renvoya du tribunal [dans la version anglaise de la Bible il est écrit «  le trône du jugement  »]. Alors tous, se saisissant de Sosthène, le chef de la synagogue, le battirent devant le tribunal , sans que Gallion s’en mette en peine. Paul resta encore assez longtemps à Corinthe »

La stratégie des adversaires de Paul avait échoué. Plutôt que de faire cesser son enseignement et sa prédication, le proconsul Gallion rejeta leurs accusations et permit à Paul de continuer. Ayant une protection légale, Paul resta ensuite à Corinthe pendant un certain temps, continuant son enseignement et servant les membres de l’Église.

Les gens ne veulent pas reconnaître la véracité de la Bible parce que cela impliquerait une obligation de vivre selon ses paroles !

Ce qui est intéressant à propos de ce récit est que la mention «  devant le tribunal  », en version anglaise «  le trône du jugement  » (ou bêma en grec) est mentionnée trois fois. Cela représente une plateforme surélevée sur laquelle une personne se tenait pour faire un discours en public. Quiconque visite Corinthe aujourd’hui peut voir, dans une partie importante des ruines de la ville, la structure mentionnée ici-même sur laquelle Paul fut amené !

Ainsi, l’existence d’une telle structure mentionnée de façon anodine a pu être vérifiée comme existant véritablement au même lieu et dans le même contexte historique, tout comme la Bible la situe !

Bien entendu, ce n’est pas tout. J’ai pu voir bien plus de preuves physiques de l’exactitude du récit biblique à l’occasion de ce voyage — y compris l’Aréopage ou la Colline de Mars à Athènes (encore identifiable aujourd’hui près de 2 000 ans après la visite de Paul comme cela est indiqué dans Actes 17), l’Agora d’Athènes (ou « place du marché ») où il enseigna, les statues des multitudes de dieux et de déesses adorées par les Athéniens et leurs voisins de l’ouest, les Corinthiens.

Cela donne à réfléchir et il est très gratifiant de voir une preuve aussi irréfutable de l’authenticité de la Bible. Cela, en effet, témoigne véritablement de l’existence de vraies personnages, de lieux et d’événements réels, notifiés il y a des siècles et préservés pour nous aujourd’hui.

Beaucoup plus de preuves étayent la véracité de la Bible

Aussi révélateur que ce voyage en Grèce ait pu l’être, il ne faisait que survoler la surface de l’énorme quantité de preuves physiques qui appuient l’exactitude de la Bible. Considérant les limites du dossier archéologique discuté plus tôt, le nombre de preuves trouvées qui étayent l’exactitude de la Bible est étonnant.

Lors de voyages similaires en Israël, en Jordanie, en Égypte, en Turquie (l’Asie de la Bible) et en Italie, ainsi que dans les musées du monde entier, j’eu le privilège de voir des dizaines de sites bibliques, des preuves de l’existence de dizaines des personnages bibliques, et un certain nombre de structures spécifiques, des coutumes et des pratiques mentionnées dans la Bible. Voici quelques-unes des découvertes les plus convaincantes :

 • Une plaque de pierre qui porte l’inscription « Ponce Pilate, préfet de Judée » faisant mention de l’empereur Romain Tibère qui date de la première moitié du 1 er siècle, trouvée en 1961 à Césarée Maritima sur la côte d’Israël, là où les procureurs romains au pouvoir vécurent au moment des Évangiles (http://antikforever.com/Syrie-Palestine/Divers/les_cesaree.htm ).

Bien sûr, il s’agit du même Ponce Pilate qui, comme nous le disent les Évangiles, condamna Jésus-Christ à être crucifié.

 • Une boîte en pierre ornée datant du 1 er siècle et portant le nom de « Joseph, fils de Caïphe » découverte dans le tombeau d’un prêtre près de Jérusalem en 1990. Ce même individu, un sacrificateur, joua un rôle majeur dans la conspiration des leaders religieux de Jérusalem afin de faire exécuter Jésus par crucifixion.

• Le squelette d’un homme crucifié au 1 er siècle fut trouvé dans une tombe à Jérusalem en 1968. Perçant toujours l’os du talon de l’homme, un grand clou de fer avait été replié car il n’avait pas pu être retiré après la mort. Ces restes étaient la preuve que la crucifixion était pratiquée comme les Évangiles la décrivent près de 2 000 ans plus tôt.

La Parole de Dieu demeure certaine

À la lumière de tant de preuves irréfutables, il est incompréhensible que tant de personnes continuent de nier l’évidence — pourtant elles le font. Ceci est en partie expliqué par Romains 8:7 Romains 8:7car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas.
Louis Segond×
: « car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. » Les gens ne veulent pas reconnaître la véracité de la Bible parce que cela impliquerait une obligation de vivre selon ses paroles !

En dépit des opinions faillibles, des excuses et d’un esprit de rationalisation de la part des hommes, la Parole de Dieu reste certaine. Comme Ésaïe 40:8 Ésaïe 40:8L’herbe sèche, la fleur tombe; Mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement.
Louis Segond×
nous le dit : « L’herbe sèche, la fleur tombe ; mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement. »

La bataille culturelle actuelle au sujet de la Bible fut bien résumée, il y a des décennies, par Bernard Ramm, auteur et professeur : « Plus de mille fois le glas pour la Bible retentit, le cortège funèbre formé, l’inscription gravée sur la pierre tombale, et l’homélie prononcée. Mais pour quelques raisons, le corps ne fut jamais inhumé. Aucun autre livre ne fut aussi haché, tranché, passé au crible, scruté et diffamé. Quel livre sur la philosophie, la religion ou la psychologie… des temps classiques ou modernes, fut le sujet de tant d’attaques en masse comme le fut la Bible ? Avec un tel venin et autant de scepticisme ? Avec tant de minutie et d’érudition ? À propos de chaque chapitre, de chaque ligne et de chaque principe ? La Bible est toujours aimée et étudiée par des millions de gens. » ( Protestant Christian Evidences , 1957, pp. 232-233).

Dans le magazine Pour l’Avenir , nous vous encourageons à continuer à aimer et à étudier la Parole inestimable de Dieu. Nous sommes heureux de vous accompagner dans votre étude, et de vous guider sur le chemin !

En apprendre davantage

Cet article effleure à peine la surface des nombreuses preuves qui démontrent que la Bible est bien la vraie Parole inspirée de Dieu. Pour en savoir plus, téléchargez ou demandez notre brochure gratuite intitulée «  La Bible est-elle vraie ?  » Votre exemplaire vous attend.


Les Bâtiments bibliques et les structures découvertes par les archéologues

L’archéologue Bryant Wood, directeur de recherche de Associates for Biblical Research (Les Associés pour la recherche biblique) et rédacteur en chef du magazine d’archéologie Bible and Spade (La Bible et la Bêche) , énumère un certain nombre de structures artificielles mentionnées dans la Bible qui furent identifiées et qui ont fait l’objet de fouilles archéologiques. En voici quelques-unes des plus intéressantes :

● L’étang de Gabaon où les forces de David et d’Isch-Boscheth combattirent pendant la lutte pour la royauté d’Israël (2 Samuel 2:12-32 2 Samuel 2:12-32 12 Abner, fils de Ner, et les gens d’Isch Boscheth, fils de Saül, sortirent de Mahanaïm pour marcher sur Gabaon. 13 Joab, fils de Tseruja, et les gens de David, se mirent aussi en marche. Ils se rencontrèrent près de l’étang de Gabaon, et ils s’arrêtèrent les uns en deçà de l’étang, et les autres au delà. 14 Abner dit à Joab: Que ces jeunes gens se lèvent, et qu’ils se battent devant nous! Joab répondit: Qu’ils se lèvent! 15 Ils se levèrent et s’avancèrent en nombre égal, douze pour Benjamin et pour Isch Boscheth, fils de Saül, et douze des gens de David. 16 Chacun saisissant son adversaire par la tête lui enfonça son épée dans le flanc, et ils tombèrent tous ensemble. Et l’on donna à ce lieu, qui est près de Gabaon, le nom de Helkath Hatsurim. 17 Il y eut en ce jour un combat très rude, dans lequel Abner et les hommes d’Israël furent battus par les gens de David. 18 Là se trouvaient les trois fils de Tseruja: Joab, Abischaï et Asaël. Asaël avait les pieds légers comme une gazelle des champs: 19 il poursuivit Abner, sans se détourner de lui pour aller à droite ou à gauche. 20 Abner regarda derrière lui, et dit: Est-ce toi, Asaël? Et il répondit: C’est moi. 21 Abner lui dit: Tire à droite ou à gauche; saisis-toi de l’un de ces jeunes gens, et prends sa dépouille. Mais Asaël ne voulut point se détourner de lui. 22 Abner dit encore à Asaël: Détourne-toi de moi; pourquoi te frapperais-je et t’abattrais-je en terre? comment ensuite lèverais-je le visage devant ton frère Joab? 23 Et Asaël refusa de se détourner. Sur quoi Abner le frappa au ventre avec l’extrémité inférieure de sa lance, et la lance sortit par derrière. Il tomba et mourut sur place. Tous ceux qui arrivaient au lieu où Asaël était tombé mort, s’y arrêtaient. 24 Joab et Abischaï poursuivirent Abner, et le soleil se couchait quand ils arrivèrent au coteau d’Amma, qui est en face de Guiach, sur le chemin du désert de Gabaon. 25 Les fils de Benjamin se rallièrent à la suite d’Abner et formèrent un corps, et ils s’arrêtèrent au sommet d’une colline. 26 Abner appela Joab, et dit: L’épée dévorera-t-elle toujours? Ne sais-tu pas qu’il y aura de l’amertume à la fin? Jusques à quand tarderas-tu à dire au peuple de ne plus poursuivre ses frères? 27 Joab répondit: Dieu est vivant! si tu n’eusses parlé, le peuple n’aurait pas cessé avant le matin de poursuivre ses frères. 28 Et Joab sonna de la trompette, et tout le peuple s’arrêta; ils ne poursuivirent plus Israël, et ils ne continuèrent pas à se battre. 29 Abner et ses gens marchèrent toute la nuit dans la plaine; ils passèrent le Jourdain, traversèrent en entier le Bithron, et arrivèrent à Mahanaïm. 30 Joab revint de la poursuite d’Abner, et rassembla tout le peuple; il manquait dix-neuf hommes des gens de David, et Asaël. 31 Mais les gens de David avaient frappé à mort trois cent soixante hommes parmi ceux de Benjamin et d’Abner. 32 Ils emportèrent Asaël, et l’enterrèrent dans le sépulcre de son père à Bethléhem. Joab et ses gens marchèrent toute la nuit, et le jour paraissait quand ils furent à Hébron.
Louis Segond×
)

● Le palais royal de Samarie où les rois d’Israël vécurent (1 Rois 20:43 1 Rois 20:43Le roi d’Israël s’en alla chez lui, triste et irrité, et il arriva à Samarie.
Louis Segond×
; 1 Rois 21:1-2 1 Rois 21:1-2 1 Après ces choses, voici ce qui arriva. Naboth, de Jizreel, avait une vigne à Jizreel, à côté du palais d’Achab, roi de Samarie. 2 Et Achab parla ainsi à Naboth: Cède-moi ta vigne, pour que j’en fasse un jardin potager, car elle est tout près de ma maison. Je te donnerai à la place une vigne meilleure; ou, si cela te convient, je te paierai la valeur en argent.
Louis Segond×
; 1 Rois 22:39 1 Rois 22:39Le reste des actions d’Achab, tout ce qu’il a fait, la maison d’ivoire qu’il construisit, et toutes les villes qu’il a bâties, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d’Israël?
Louis Segond×
; 2 Rois 1:2 2 Rois 1:2Or Achazia tomba par le treillis de sa chambre haute à Samarie, et il en fut malade. Il fit partir des messagers, et leur dit: Allez, consultez Baal Zebub, dieu d’Ékron, pour savoir si je guérirai de cette maladie.
Louis Segond×
; 2 Rois 15:25 2 Rois 15:25Pékach, fils de Remalia, son officier, conspira contre lui; il le frappa à Samarie, dans le palais de la maison du roi, de même qu’Argob et Arié; il avait avec lui cinquante hommes d’entre les fils des Galaadites. Il fit ainsi mourir Pekachia, et il régna à sa place.
Louis Segond×
).

● L’étang et l’aqueduc (appelé le Tunnel d’Ézéchias) à Jérusalem, créé par le roi Ézéchias afin de fournir de l’eau pendant le siège des Assyriens (2 Rois 20:20 2 Rois 20:20Le reste des actions d’Ézéchias, tous ses exploits, et comment il fit l’étang et l’aqueduc, et amena les eaux dans la ville, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois de Juda?
Louis Segond×
; 2 Chroniques 32:30 2 Chroniques 32:30Ce fut aussi lui, Ézéchias, qui boucha l’issue supérieure des eaux de Guihon, et les conduisit en bas vers l’occident de la cité de David. Ézéchias réussit dans toutes ses entreprises.
Louis Segond×
)

● Le palais royal de Babylone où le roi Belschatsar célébra sa fête et où Daniel interpréta l’écriture sur le mur (Daniel 5).

● Le palais royal de Suse lorsqu’Esther était la reine du roi perse Xerxès (Esther 1:2 Esther 1:2et le roi Assuérus était alors assis sur son trône royal à Suse, dans la capitale.
Louis Segond×
Esther 2:3 Esther 2:3que le roi établisse dans toutes les provinces de son royaume des commissaires chargés de rassembler toutes les jeunes filles, vierges et belles de figure, à Suse, la capitale, dans la maison des femmes, sous la surveillance d’Hégué, eunuque du roi et gardien des femmes, qui leur donnera les choses nécessaires pour leur toilette;
Louis Segond×
Esther 2:5 Esther 2:5Il y avait dans Suse, la capitale, un Juif nommé Mardochée, fils de Jaïr, fils de Schimeï, fils de Kis, homme de Benjamin,
Louis Segond×
Esther 2:9 Esther 2:9La jeune fille lui plut, et trouva grâce devant lui; il s’empressa de lui fournir les choses nécessaires pour sa toilette et pour sa subsistance, lui donna sept jeunes filles choisies dans la maison du roi, et la plaça avec ses jeunes filles dans le meilleur appartement de la maison des femmes.
Louis Segond×
Esther 2:15 Esther 2:15Lorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda que ce qui fut désigné par Hégaï, eunuque du roi et gardien des femmes. Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.
Louis Segond×
).

● La porte royale de Suse où Mardochée, le cousin d’Esther, s’assit (Esther 2:19 Esther 2:19La seconde fois qu’on assembla les jeunes filles, Mardochée était assis à la porte du roi.
Louis Segond×
Esther 2:21 Esther 2:21Dans ce même temps, comme Mardochée était assis à la porte du roi, Bigthan et Théresch, deux eunuques du roi, gardes du seuil, cédèrent à un mouvement d’irritation et voulurent porter la main sur le roi Assuérus.
Louis Segond×
Esther 3:2-3 Esther 3:2-3 2 Tous les serviteurs du roi, qui se tenaient à la porte du roi, fléchissaient le genou et se prosternaient devant Haman, car tel était l’ordre du roi à son égard. Mais Mardochée ne fléchissait point le genou et ne se prosternait point. 3 Et les serviteurs du roi, qui se tenaient à la porte du roi, dirent à Mardochée: Pourquoi transgresses-tu l’ordre du roi?
Louis Segond×
Esther 4:2 Esther 4:2et se rendit jusqu’à la porte du roi, dont l’entrée était interdite à toute personne revêtue d’un sac.
Louis Segond×
Esther 5:9 Esther 5:9Haman sortit ce jour-là, joyeux et le coeur content. Mais lorsqu’il vit, à la porte du roi, Mardochée qui ne se levait ni ne se remuait devant lui, il fut rempli de colère contre Mardochée.
Louis Segond×
Esther 5:13 Esther 5:13Mais tout cela n’est d’aucun prix pour moi aussi longtemps que je verrai Mardochée, le Juif, assis à la porte du roi.
Louis Segond×
Esther 6:10-12 Esther 6:10-12 10 Le roi dit à Haman: Prends tout de suite le vêtement et le cheval, comme tu l’as dit, et fais ainsi pour Mardochée, le Juif, qui est assis à la porte du roi; ne néglige rien de tout ce que tu as mentionné. 11 Et Haman prit le vêtement et le cheval, il revêtit Mardochée, il le promena à cheval à travers la place de la ville, et il cria devant lui: C’est ainsi que l’on fait à l’homme que le roi veut honorer! 12 Mardochée retourna à la porte du roi, et Haman se rendit en hâte chez lui, désolé et la tête voilée.
Louis Segond×
).

● La fondation de la synagogue de Capharnaüm dans laquelle Jésus fit des miracles et enseigna (Marc 1:21-28 Marc 1:21-28 21 Ils se rendirent à Capernaüm. Et, le jour du sabbat, Jésus entra d’abord dans la synagogue, et il enseigna. 22 Ils étaient frappés de sa doctrine; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes. 23 Il se trouva dans leur synagogue un homme qui avait un esprit impur, et qui s’écria: 24 Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es: le Saint de Dieu. 25 Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. 26 Et l’esprit impur sortit de cet homme, en l’agitant avec violence, et en poussant un grand cri. 27 Tous furent saisis de stupéfaction, de sorte qu’il se demandaient les uns aux autres: Qu’est-ce que ceci? Une nouvelle doctrine! Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent! 28 Et sa renommée se répandit aussitôt dans tous les lieux environnants de la Galilée.
Louis Segond×
Jean 6:25-59 Jean 6:25-59 25 Et l’ayant trouvé au delà de la mer, ils lui dirent: Rabbi, quand es-tu venu ici? 26 Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. 27 Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. 28 Ils lui dirent: Que devons-nous faire, pour faire les oeuvres de Dieu? 29 Jésus leur répondit: L’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. 30 Quel miracle fais-tu donc, lui dirent-ils, afin que nous le voyions, et que nous croyions en toi? Que fais-tu? 31 Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. 32 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; 33 car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. 34 Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. 35 Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. 36 Mais, je vous l’ai dit, vous m’avez vu, et vous ne croyez point. 37 Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi; 38 car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. 39 Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. 40 La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. 41 Les Juifs murmuraient à son sujet, parce qu’il avait dit: Je suis le pain qui est descendu du ciel. 42 Et ils disaient: N’est-ce pas là Jésus, le fils de Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère? Comment donc dit-il: Je suis descendu du ciel? 43 Jésus leur répondit: Ne murmurez pas entre vous. 44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire; et je le ressusciterai au dernier jour. 45 Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi. 46 C’est que nul n’a vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu; celui-là a vu le Père. 47 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. 48 Je suis le pain de vie. 49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. 50 C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. 51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. 52 Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment peut-il nous donner sa chair à manger? 53 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. 54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. 55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. 56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. 57 Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. 58 C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. 59 Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm.
Louis Segond×
).

● La maison à Capharnaüm où Jésus guérit la belle-mère de Pierre ainsi que d’autres personnes (Matthieu 8:14-16 Matthieu 8:14-16 14 Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre. 15 Il toucha sa main, et la fièvre la quitta; puis elle se leva, et le servit. 16 Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades,
Louis Segond×
).

● Le puits de Jacob où Jésus parla à la Samaritaine (Jean 4).

● La piscine de Bethesda à Jérusalem, où Jésus guérit un homme infirme (Jean 5:1-14 Jean 5:1-14 1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. 2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. 3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau; 4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. 5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. 6 Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri? 7 Le malade lui répondit: Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. 8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. 9 Aussitôt cet homme fut guéri; il prit son lit, et marcha. 10 C’était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri: C’est le sabbat; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. 11 Il leur répondit: Celui qui m’a guéri m’a dit: Prends ton lit, et marche. 12 Ils lui demandèrent: Qui est l’homme qui t’a dit: Prends ton lit, et marche? 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. 14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.
Louis Segond×
).

● La piscine de Siloé à Jérusalem, où Jésus guérit un aveugle (Jean 9:1-4 Jean 9:1-4 1 Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. 2 Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle? 3 Jésus répondit: Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui. 4 Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les oeuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler.
Louis Segond×
).

● Le Tribunal de Corinthe où l’apôtre Paul fut jugé (Actes 18:12-17 Actes 18:12-17 12 Du temps que Gallion était proconsul de l’Achaïe, les Juifs se soulevèrent unanimement contre Paul, et le menèrent devant le tribunal, 13 en disant: Cet homme excite les gens à servir Dieu d’une manière contraire à la loi. 14 Paul allait ouvrir la bouche, lorsque Gallion dit aux Juifs: S’il s’agissait de quelque injustice ou de quelque méchante action, je vous écouterais comme de raison, ô Juifs; 15 mais, s’il s’agit de discussions sur une parole, sur des noms, et sur votre loi, cela vous regarde: je ne veux pas être juge de ces choses. 16 Et il les renvoya du tribunal. 17 Alors tous, se saisissant de Sosthène, le chef de la synagogue, le battirent devant le tribunal, sans que Gallion s’en mît en peine.
Louis Segond×
).

● Le Théâtre d’Éphèse où se déroula l’émeute des orfèvres (Actes 19:29 Actes 19:29Toute la ville fut dans la confusion. Ils se précipitèrent tous ensemble au théâtre, entraînant avec eux Gaïus et Aristarque, Macédoniens, compagnons de voyage de Paul.
Louis Segond×
).

● Le palais d’Hérode à Césarée où Paul fut gardé (Actes 23:33-35 Actes 23:33-35 33 Arrivés à Césarée, les cavaliers remirent la lettre au gouverneur, et lui présentèrent Paul. 34 Le gouverneur, après avoir lu la lettre, demanda de quelle province était Paul. Ayant appris qu’il était de la Cilicie: 35 Je t’entendrai, dit-il, quand tes accusateurs seront venus. Et il ordonna qu’on le gardât dans le prétoire d’Hérode.
Louis Segond×
).

(« Existe-il des structures érigées de main d’homme, et mentionnées dans la Bible, qui ont été découvertes par l’Archéologie ? » ( ChristianAnswer.net , 1996).

 

En plus de cela, des fouilles récentes à Jérusalem identifièrent provisoirement divers éléments des structures suivantes :

● Le palais de David, qu’il construisit à Jérusalem (2 Samuel 5:11 2 Samuel 5:11Hiram, roi de Tyr, envoya des messagers à David, et du bois de cèdre, et des charpentiers et des tailleurs de pierres, qui bâtirent une maison pour David.
Louis Segond×
).

● Les fortifications de Salomon pour la ville de Jérusalem (1 Rois 11:27 1 Rois 11:27Voici à quelle occasion il leva la main contre le roi. Salomon bâtissait Millo, et fermait la brèche de la cité de David, son père.
Louis Segond×
).

● Le mur défensif construit sous Néhémie après le retour des exilés juifs de Babylone (Néhémie 3 ; Néhémie 4:1-6 Néhémie 4:1-6 1 Lorsque Sanballat apprit que nous rebâtissions la muraille, il fut en colère et très irrité. 2 Il se moqua des Juifs, et dit devant ses frères et devant les soldats de Samarie: A quoi travaillent ces Juifs impuissants? Les laissera-t-on faire? Sacrifieront-ils? Vont-ils achever? Redonneront-ils vie à des pierres ensevelies sous des monceaux de poussière et consumées par le feu? 3 Tobija, l’Ammonite, était à côté de lui, et il dit: Qu’ils bâtissent seulement! Si un renard s’élance, il renversera leur muraille de pierres! 4 Écoute, ô notre Dieu, comme nous sommes méprisés! Fais retomber leurs insultes sur leur tête, et livre-les au pillage sur une terre où ils soient captifs. 5 Ne pardonne pas leur iniquité, et que leur péché ne soit pas effacé de devant toi; car ils ont offensé ceux qui bâtissent. 6 Nous rebâtîmes la muraille, qui fut partout achevée jusqu’à la moitié de sa hauteur. Et le peuple prit à coeur ce travail.
Louis Segond×
). (Voir l’article « Le vignoble de Naboth et une latrine à Lakish »)